Exposition : “frappée par la puissance des expressions”

Le week-­end dernier, l’École française a pu découvrir des pièces d’art du photographe et étudiant, Mikael Owunna. Le vernissage a eu lieu dans la galerie du Centre McCullough vendredi soir. « (Sans) Limite » ou « Limit(less) » est un projetde photographie documentaire pour raconter les histoires des immigrant.e.s africain.e.s LGBTQ. Beaucoup de personnes trouvaient le thème à la fois intéressant et « absolument formidable » (Elizabeth Hill).

Une invitation à la réflexion

Laurent Asiama,un étudiant de niveau 4, a pensé que «cette exposition dépeint une partie de l’histoire de l’immigré qui est essentielle mais parfois ignorée». Ce sentiment était partagé par Elizabeth Hill, une étudiante de maîtrise. Pour elle, les photos «mettent en lumière des questions importantes d’identité, de culture et d’inclusion ». Elle ajoute : «c’était la première fois que j’ai pensé à l’expérience LGBTQ africaine ». Les photos et leurs descriptions invitaient en effet à la réflexion.

Des valeurs de liberté

Grâce à l’exposition, Laurent et les autres participant.e.s rappelaient que les personnes dans l’École française « sont engagé.e.s dans des causes nobles dans la vie réelle ».Fariha Reza, une assistante linguistique était d’accord. Elle a remarqué que c’est « ce genre d’événements qui pourraient faire avancer le monde vers une société plus juste ».

Chaque personne avec qui j’ai parlé a une photo préférée différente et pour une raisonunique. Pour Elizabeth, c’était la photo des quatre filles dans la neige, titrée « 4 femmes africaines queer » parce qu’elles« avaient l’air très à l’aise ». Fariha « a été frappée par la puissance des expressions du visage de chaque œuvre » mais elle a vraiment apprécié la photo d’une mère queer nigérian.e avec sa fille, titrée « Maternité Africaine Queer : Tobi & Gabi».Elle a pensé que ça parlait des « valeurs de liberté que [lamère] transmettait à sa fille » ce qui peut permettre d’ouvrir un champ de possibilités.

Quand il a repensé à l’exposition entière, Laurent a remarqué qu’il y avait un esprit positif et plein d’espoir. L’œuvre de Mikael célèbre la beauté de chaque personne et affirme que tous les aspects des identités sont importants. Si vous n’avez pas encore regardé ses photographies, j’aimerais que vous preniez le temps d’aller sur son site (limitlessafricans. com), ou de visiter l’exposition à McCullough avant la fin de la session.

Jared Birchmore

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


css.php