« La musique est la même dans toutes les langues »

Les mains agiles de Mike Galib lors du concert

Décidemment, nous aimons découvrir des facettes inconnues de nos étudiants !
Après le Big Bash de la semaine dernière, c’était aux tours d’Apolline, Konrad, Simon, Julia et Michael de nous parler dans un tout nouveau langage, partageable dans le monde entier : la musique. Étant donné la fatigue perceptible de tous les étudiants, la proposition était la bienvenue. Pas besoin de se concentrer sur la bonne conjugaison du subjonctif mais seulement d’écouter et de se laisser porter par le langage musical.

Le public a été captivé par la performance de nos cinq musiciens : « C’était incroyable ! J’ai été très impressionnée de découvrir les talents cachés de mes camarades » nous a confié Charlotte. Et pour cause : la qualité des morceaux joués était extrêmement élevée !

Cinq musicens, quatre instruments

Simon Mairson a entamé les festivités en nous jouant des passages de la Suite pour violoncelle de Gaspar Cassadó suivi d’Apolline Mourier, au piano, qui nous a interprété la Sonatine en do majeur de Muzio Clementi. Konrad Herath, accompagné par Mike Galib, nous a ensuite emmené dans un tout autre univers musical en nous faisant écouter la Sonate n° 3 pour cor et piano d’ Alec Wilder. C’était l’occasion pour nous faire découvrir le répertoire du cor, souvent très méconnu du public mais pourtant très riche et varié.

Michael Galib est ensuite resté sur scène pour nous jouer deux morceaux issus du très célèbre film Le Fabuleux destin d’Amélie Poulain. Ce fut sans hésiter un des coups de coeur des étudiants. Nombreux étaient ceux qui avaient sorti leur portable pour immortaliser l’instant d’une vidéo.
« J’avais l’impression de pouvoir voir les images du film défiler sous mes yeux », commentait Marie à la sortie du concert.

Un trio final

Le concert a fini en beauté par une collaboration entre tous nos concertistes sur divers morceaux de musique de chambre. L’audience a par ailleurs été époustouflée par le Trio en si bémol majeur pour clarinette, cor, et piano de Carl Reinecke qui nous a fait redécouvrir le timbre si particulier de la clarinette et du piano.

Julie Sénat

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


css.php