Union(s) Européenne(s): exposition photos à Paris nous présente les bébés d’Erasmus

Elizabeth Hill est une étudiante de master de notre école. Cette semaine, elle a décidé d’écrire un article sur les bébés d’Erasmus.

Brexit, crise des réfugiés, chute de l’euro, ascension des mouvements politiques populistes… 2017 continue à être une année d’incertitude pour l’Union Européenne, mais pour le photographe Frédéric de la Mure, le soixantième anniversaire de cette expérience politique est aussi une occasion de connaître “l’Europe humaine.”

« des million d’enfants binationaux européens »

Très haut au-dessus du tapis roulant, de la gare Montparnasse à Paris, on voit d’abord l’image de Clara, une petite fille de 2 ans qui a des cheveux blonds bouclés, des joues ro-ses, et des yeux bruns innocents. Clara, dont la mère est suédoise et le père est français, est un des million d’enfants binationaux européens qui sont nés grâce au programme Erasmus, un échange d’étudiants qui facilite les études à l’étranger. Depuis la naissance du programme il y a trente ans, 3,3 millions d’étudiants européens y ont participé et parmi eux, il est estimé qu’un étudiant sur quatre a rencontré son partenaire lors de son séjour à l’étranger.

“Union(s) Européenne(s),” qui sera à la gare Montparnasse à Paris jusqu’au début septembre, présente des photos de 22 familles binationales dans une fresque mesurant 135 mètres de long. Elle commence par le plus jeune enfant, Thiago, qui avait 5 jours quand de la Mure l’a pris en photo, et se termine par l’aîné, ayant 23 ans. Selon de la Mure, qui travaille comme photographe du Ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, « ce n’est pas qu’un voyage à travers l’Europe, c’est aussi un voyage à travers le temps ! »

L’exposition photo, par laquelle environ 200.000 personnes passeront chaque jour, propose une vision plus optimiste de l’Europe d’aujourd’hui et jette un regard vers le destin de la génération Erasmus. Qu’ils soient franco-finlandais, franco-italiens, franco-espagnols, les bébés multiculturels d’Erasmus sont beaux, souriants, et pleins d’espoir pour le futur de leur continent !

Elizabeth Hill

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


css.php