“La Vache”: Un road movie haletant

Il y a des films qui procèdent de l’idée géniale, et « La Vache », en fait partie. Fatah, un modeste paysan Algérien, reçoit une invitation au Salon de l’agriculture de Paris, pour participer au concours de la plus belle vache. Il quitte alors femme et enfant, embarque à bord d’un ferry avec Jacqueline sa vache et traversent ensemble la France à pied pour se rendre à la porte de Versailles, ou se tient le fameux Salon.
Ce scenario étrangement similaire à celui de « La vache et le prisonnier », Fernandel traversant champs et rivières de l’Allemagne en guerre, avec sa vache Margueritte.

Le parallèle est flagrant et l’hommage de l’un a l’autre est des plus pertinents. Comment ne pas avoir de la tendresse à l’égard de ce personnage, semblable à tout point de vue à un Bourvil naïf, transportant sa candeur, comme une deuxième nature.

Le film, bien entendu, véhicule des images simples et quelque peu surannées d’une France profonde, accueillante et hospitalière, qui n’existe que dans nos désirs, toutefois l’optimisme est permis, même si cela semble difficile dans le contexte actuel, il faut relever toutefois l’émergence d’une nouvelle génération de politiques, porteuse d’un autre possible.

Soulignant enfin, l’optimisme dont fait preuve cette comédie légère, enjouée et admirablement interprétée par le comédien Fatsah Bouyahmed.

Bachir Adjil

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


css.php