Pour la plupart, ça vaut le détour

Sydney Schoenfield vous donne son opinion sur le film français Balle Perdue, un long-métrage signée Guillaume Pierret avec des airs de film hollywoodien.

Plus d’une semaine après être sorti, le film français Balle perdue reste dans la liste des dix films les plus regardés sur Netflix, pas seulement en France mais aussi aux États-Unis. Le film parle d’un mécanicien cri­minel et de sa transformation rapide de prisonnier à agent de la police. Ce genre de flic lutte contre les trafiquants qui utilisent le “go fast routier”, une technique pour transporter de la contrebande en voiture.

Le public américain semble apprécier le film parce qu’il présente les codes du film d’action sans les émotions excessives et les scènes d’action exagérées pour lesquelles Hollywood est bien connu. Mais certains d’entre nous ont du mal à apprécier les films qui manquent de déve­loppement des personnages. Un rôle comme celui de Lino, le rôle principal de Balle perdue, nous rappelle l’automobiliste sans nom de Sang-froid (dont le titre américain est Drive). Les deux personnages sont évidemment très habiles et doués, mais nous ne connaissons pas leur passé. Quels sont ses mobiles ? Aucun des deux films ne répond véritablement à la question.

Manque de profondeur

On nous dit que Lino est un mécano “magicien,” selon son patron et défenseur, qui est joué par Ramzy Bedia. On peut devi­ner que Lino a hérité son talent de mécanicien de son père, ce qu’il mentionne brièvement vers le début du film. On n’apprend presque rien de la relation entre Lino et Quentin, ou de celle entre Lino et Julia. Quand il se bat tout seul contre un poste de police entier, il est franchement inconcevable qu’il parvienne à s’échapper alors que les policiers se jettent sans cesse sur lui, sans sortir leurs armes à feu (même s’il est possible que la police française n’utilise pas la force excessive aussi souvent que leurs homologues américains).

De toute façon, le développement du personnage n’a peut-être pas d’importance dans de tels films d’action. Le réalisateur Guillaume Pierret pourrait préférer qu’on apprécie d’autres qualités de son film, par exemple la cinématographie, les cascades, et le jeu des acteurs. Dans Balle perdue, on a découvert tout cela, ainsi qu’un scénario palpitant avec tous les complots d’un antihéros, un policier corrompu, et un tour de force. Le rôle de Lino n’est pas vraiment complexe, mais il est quand même facile à aimer. On peut certainement dire que les cinéastes ont réussi à faire ce qu’ils pouvaient enjuste quatre-vingt-dix minutes, et les résultats sont globalement positifs.

Sydney Schoenfield

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


css.php