Cristina : “changer la culture de l’industrie du chocolat”

Cristina, étudiante de niveau 200, organise une dégustation de chocolat dimanche après-midi. La gazette est partie à sa rencontre pour en apprendre un peu plus sur cette experte du chocolat équitable.

La Gazette : Est-ce que tu peux me parler de ton parcours ?

Je travaille dans l’industrie du chocolat et du café pour une entreprise qui s’appelle Equal Exchange et qui a pour mission d’introduire le commerce équitable dans l’industrie alimentaire. Je travaille au Pérou, en Equateur et en République Dominicaine. Je rencontre des agriculteurs et ensemble, nous essayons d’améliorer le système des coopératives. C’est très difficile pour les petits agriculteurs d’exporter leurs produits à l’étranger à des prix compétitifs. Ils n’ont donc pas d’autre choix que de s’associer.

Tu parles déjà espagnol. Pourquoi as-tu choisi d’apprendre le français ?

Bonne question [rires]. Je parle espagnol depuis 20 ans. Mais étant donnée ma spécialité, j’aimerais travailler en Afrique de l’Ouest. Le cacao est en effet produit en majeure partie en Côte d’Ivoire. Là-bas, les agriculteurs gagnent en moyenne 50 centimes par jour. Je trouve ça révoltant. J’aimerais participer à changer la culture de l’industrie du chocolat et lutter contre un système qui exploite les travailleurs. Pour ce faire, nous apprenons aux agriculteurs comment goûter leur cacao et déterminer sa qualité. On organise donc des dégustations. Si la production est de très bonne qualité, on peut ensuite augmenter le prix du produit et par conséquent permettre aux producteurs de gagner plus.

Est-ce que tu as un chocolat à conseiller pour les étudiants ? Plutôt noir ou au lait ?

De préférence un chocolat d’une compagnie qui aide les agriculteurs et qui ne cherche pas seulement à s’enrichir. Quant à la saveur, ça dépend de la préférence de la personne. Dans le Vermont il y a beaucoup de vaches. Si c’est un chocolat au lait local, c’est vraiment bien. On pourrait également parler des bien­faits du chocolat noir pour la santé. Mais c’est une discussion pour un autre jour. Je pense qu’avec le chocolat noir en général, on peut découvrir les saveurs traditionnelles du terroir. Pour moi c’est plus intéressant.

Propos recueillis par
Julie Sénat

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


css.php