5 postures de yoga pour réussir cet été

On a tous.tes survécu à la première semaine d’immersion ! Si le français – ou bien la société après un an de confinement – vous fatigue, voici quelques postures de yoga pour trouver un peu de zen ce week-end.

1) Śavāsana : Posture du cadavre  

Commencez et terminez votre journée comme un vrai yogi avec cette posture classique qui encourage la relaxation. En fait, à notre époque bizarre, il est tout à fait acceptable de garder cette posture toute la journée. Les yogis disent souvent que si vous respirez, vous faites du yoga. Pour nous pareil, sauf qu’il faut respirer en français.

2) Bālāsana : Posture de l’enfant

Si vous vous sentez comme un ado en première année de fac, perdu.e sur le campus, inti­midé.e par les étudiant.e.s avancé.e.s, ne luttez pas contre ces sentiments. La solution contre-intuitive : régression complète dans l’enfance. Prenez cette posture dans votre lit, et visualisez que maman arrive avec une tasse de thé et une tartine de Nutella. Cela sera très efficace pour vous apaiser. Sinon, la posture est aussi super utile afin d’étouffer vos sanglots dans la couverture.

3) Karnapidāsana : Genoux aux oreilles

Quand vous entendez des gens parler anglais dans le réfectoire, ne paniquez pas ! Pour res­ter bien enfermé.e dans la bulle francophone, serrez les genoux sur vos oreilles en vous pliant dans cette posture facile et pratique.

4) Utkaṭāsana : La chaise

Pour injecter un peu de sport dans votre vie estudiantine, quand les cours reprennent en présentiel, retirez discrètement votre chaise et gardez la posture de la chaise. Ainsi, vous travaillerez à la fois la tête et le corps. Personne ne le remarquera, c’est promis, mais n’arrêtez pas de regarder calmement devant vous pendant que vous contractez les fessiers.

5) Vṛkṣāsana : Posture de l’arbre

Avez-vous remarqué qu’il y a beaucoup d’arbres ici ? Et alors ? Je m’en fous des arbres. Je suis ici pour la langue, la belle et noble langue française. Mais réfléchissez encore ! Les arbres sont toujours calmes, même au milieu d’une foule. Ils communiquent entre eux sans problème. Ils ne vivent jamais dans l’­anxiété ou de dépression. Pourquoi ne pas les imiter ? Pour ce faire, entrez dans la forêt, préférablement très tôt le matin, et marchez jusqu’à ce que vous soyez complètement perdu.e. Puis, restez immobile pendant un minimum de trois heures. N’oubliez pas de faire l’autre côté !

Avertissement : La Gazette n’est pas responsable pour des épi­phanies inopportunes, des crises existentielles, ni des soudaines conversions religieuses résultant des conseils précédents.

Katya Lopatko 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


css.php