Alex : “j’ai abandonné mon poste pour pouvoir travailler pour une ONG”

Alex a déjà voyagé dans plusieurs pays africains pour des missions humanitaires.

Il s’appelle Alex, il est anglais et il a 28 ans. Cet étudiant de l’École française est venu apprendre le français à Middlebury dans le but de pouvoir travailler ensuite dans une Organisation Non Gouvernementale en Afrique de l’Ouest. Un altruiste me direz-vous. Mais attendez de savoir ce qu’il a fait avant de venir ici, vous en resterez bouche bée. Élevé dans la ville de Farnham dans le comté de Surrey, en Angleterre, Alex réussit à intégrer la prestigieuse université d’Oxford après ses A-Levels ( l’équivalent du baccalauréat en France ), d’où il ressort diplômé en Sciences Politiques et en Histoire à 21 ans.

Son diplôme en poche, il part en Afrique de l’Ouest, où il travaille pour l’ONG Save the Children pendant plusieurs mois. “Je travaillais sur un projet de nourriture d’urgence pour les enfants de moins de 5 ans. On devait travailler en collaboration avec les gouvernements locaux pour mettre en place des mesures qui «implémenteraient» le projet“. Quatre mois plus tard, Alex prend l’avion pour aller aux États-Unis dans le but de décrocher une maîtrise en Études Africaines dans la célèbre université de Yale. Il y étudie deux langues africaines : le Swahili, une langue répandue en Afrique de l’Est, et l’Igbo, une langue locale du Nigéria pratiquée dans le Sud-Est du pays.

Une fois la maîtrise acquise, le britannique s’en va à New York, où il travaille pendant 4 ans pour la santé mondiale. “J’ai travaillé pour une entreprise dont la mission était d’aider les journalistes, les ONG et les gouvernements à expliquer leur travail et de travailler de façon plus efficace contre les problèmes comme le SIDA ou la tuberculose. L’entreprise avait une vocation plus pédagogue que le simple fait d’envoyer du matériel à des pays connaissant des crises sanitaires“.

“Je veux améliorer mon français pour pouvoir être plus près des problèmes”

Malgré son niveau de français exceptionnel, Alex a pris le pari fou de démissionner de son poste à New York pour venir ici, à l’École française de Middlebury, afin de perfectionner sa langue. “Je veux être plus près des problèmes, et pour cela je dois améliorer mon français. À la fin de l’été, j’aimerais retourner en Afrique de l’Ouest pour travailler pour une ONG dont la mission principale est la reconstruction des systèmes de santé suite à une crise sanitaire grave, comme par exemple celle liée à Ebola“.

Alors, pour ceux qui ont perdu foi en l’humanité, sachez que vous avez tort de sous-estimer l’altruisme : Alex “et bien d’autres”, comme il a tenu à le dire, en sont bien la preuve.

Propos recueillis par Connor Owens

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


css.php