C’est la vie !

Voici une petite histoire fictive sur la vie. La vie n’est pas juste, la vie n’est pas facile mais petit à petit, on marche, on survit, on vit.

Je m’assois devant le miroir, en tête à tête avec ma réflexion et je suis frappée par ce que je vois. Voilà une petite fille portant l’uniforme du lycée ; la chemise blanche et la jupe bleue jusqu’à ses genoux, une image familière. Elle est pleine d’ émotions. Dans ses yeux, il y a la peur, le doute, l’anxiété. Je les vois tous. Elle me dit qu’elle ne sait pas qu’elle veut tout laisser tomber et retour­ner à la maison. Je peux entendre l’angoisse dans sa voix. 

À onze ans, la vie est encore un challenge. Oh petite fille! Je connais cette petite fille. Voici son histoire. Elle n’a pas le temps d’être jeune et libre. Elle a quitté sa maison très jeune pour aller faire ses études dans une autre ville. Elle a déjà compris que l’é­ducation est la seule façon de construire le futur, ce qui est meilleur pour soi. Elle sacrifie sa liberté en ce moment pour gagner une autre liberté, dans le futur. Cependant, sa jeunesse ne sera jamais gagnée. Elle a appris à être respon­sable  dans sa douzième année. Elle est loin de sa famille. Elle peut la voir seulement une fois chaque année; mais à son âge, elle y est habituée. 

Dans sa classe, elle doit faire face au fait qu’elle  est très intelligente. Ses professeurs s’attendent à ce qu’elle donne le meilleur d’elle-même. Seulement les bonnes notes, seulement les bonnes manières, rien en-dessous. Alors, elle met en pratique l’éducation de ses parents et c’est une bonne fille. Elle vit sous la pression constante de ne pas commettre d’erreurs. Aux yeux de ses amies, c’est la crème de la crème, mais tout ce qu’elle veut, c’est simplement être. Malheureusement,cela n’est guère possible. Elle doit gravir ces montagnes, donc, elle gravit, pierre par pierre, pas à pas. Elle pleure sur sa propre épaule parce qu’elle croit que personne ne peut la comprendre.

Elle me regarde avec tris­tesse et je ne sais pas ce que je dois dire à cette petite fille. Cependant, sa force me donne le courage de renverser des montagnes et de faire tout ce que je dois faire, même si je ne l’aime pas. 

On doit faire ce que l’on doit faire. La vie est un jeu de survie et elle n’est pas juste. 

En fin de compte, c’est la vie!

Peace Kalomba

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


css.php