C’est qui le poète ?

Pierre Boulez a notamment composé "Le marteau sans maître"

En 1970, à Stuttgart, une composition de Pierre Boulez s’intitulant « Cummings ist der Dichter » est créée. 

Le but de l’art est de confronter le lecteur avec tout ce qui est « terrifiant, époustouflant, et qui ouvre les pores. »

Innovateur

Ainsi dit le poète américain Edward Estlin Cummings, plus connu sous le diminutif de e.e. cummings qu’il préfère. Cummings, qui est aussi peintre, est un poète extrêmement novateur. Il utilise la division de syllabes, l’agencement de mots sur la page, et des usages originaux de la ponctuation pour créer un sens de l’espace et du temps. En un mot, sa poésie musicalise le langage, et il crée des mélodies polyphoniques. 

L’œuvre de Pierre Boulez

Il n’est alors pas étonnant que Pierre Boulez décide de mettre en musique quelques extraits d’un recueil de poésie de cummings, lui qui l’avait déjà fait avec des poèmes de Mallarmé. C’est John Cage qui lui présente la poésie de cummings en 1952. Boulez choisit quatre poèmes du livre « Non, merci » que cummings s’autoédite en 1935 après que 14 maisons d’éditions l’ont rejeté. Il dédie d’ailleurs le livre à ces maisons d’édition-là !

Un titre mystérieux

Mais au fait, d’où vient le titre mystérieux de la composition ? Le morceau est interprété en Allemagne en 1970 pour la première fois. On demande à Boulez son titre. Il comprend mal la question, et répond : « Cummings, c’est le poète. » (« Dichter » veut dire poète en allemand.) Il aurait originalement intitulé la composition « First Birds », selon des paroles du texte.

La composition est d’une durée de 13 minutes. Il y a un chœur de femmes, un chœur d’hommes, deux conducteurs, et plus de 25 instruments solistes. Boulez n’est pas le seul compositeur à mettre en musique un texte de cummings (je pense immédiatement à Eric Whitaker et à son adaptation de « i thank You God for most this amazing day »). Mais peut-être est-il le plus talentueux.

Il est presque impossible de décrire un tel poème ou une telle composition musicale. Il faut les lire, les écouter, les sentir, les vivre, les revivre.

Anne Marie Hutchinson

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


css.php